Sowsow (so_yuyu) wrote in kinkenstock,
Sowsow
so_yuyu
kinkenstock

[Fic] Au sein d'une rivière (Mythologie grecque, Zeus/Callisto, NC-17)

Titre : Au sein d'une rivière
Auteur : so_yuyu 
Fandom : Mythologie grecque
Personnages/Couples : Zeus/Callisto, Callisto/Artémis
Rating : NC-17
Disclaimer : Domaine public
Nombre de mots: 745
Prompt : Mythologie grecque - Zeus en Artémis/Callisto - genderbending - illusion, tromperie - Round 3 - 6 mai
Notes : Non-con, voire viol (en même temps on parle de Zeus). Sexe explicite.




Zeus aurait pu être le dieu de la ruse. Il n'en manquait point quand il s'agissait de séduire une femme – aussi bien humaine que déesse, sans compter les nymphes. Était-ce sa faute si les femmes étaient si désirables ? Quoi qu'en dise Héra, Zeus n'allait pas stopper ses conquêtes. Puis il honorait ces femmes qu'il choisissait – toutes portaient ses enfants, les fruits du Dieu des Dieux ! Ce n'était là point rien.

Zeus, en ce jour, cherchait une nouvelle ruse. Ses vues s'étaient portées sur une des nymphes accompagnant Artémis. En cette belle journée la nymphe Callisto s'était laissée aller à la torpeur – la chaleur la plongeait dans une profonde langueur. Profitant d'être seule, Callisto s'agenouilla aux abords d'une rivière, y plongeant ses mains pour rafraîchir son visage et son corps. La vision de ses bras blancs finit par mettre Zeus à la torture. Le dieu décida de descendre sur Terre et d'assouvir pleinement son désir.

Encore ignorante de son sort, Callisto s'allongea sous un arbre, laissant ses armes et ses habits à ses côtés. Les bruits de pas la firent sursauter – à peine eut-elle le temps de tendre sa main vers son arc qu'une voix connue calma sa frayeur.

— Abaisse tes flèches, Callisto. Nous sommes entre femmes.

Artémis dans toute sa splendeur sortit des frondaisons, tel un serpent en frôlant simplement les feuilles. Déposant un baiser chaste sur le front de la nymphe, elle vint s'asseoir aux côtés de sa compagne. Sous ce déguisement se mouvait Zeus. Jamais encore il n'avait pris la forme d'une femme, et cela l'amusait. Les sensations étaient bien différentes et il avait pu constater que – oh oui – Artémis était bien vierge.

— Excusez mon geste. Mais il règne tant de dangers en ces bois, et les animaux n'en sont point les pires.

Quelle était délicieuse cette Callisto à baisser ainsi les yeux. Ses joues étaient rouges d'embarras, ses narines frémissaient. Zeus posa une main délicate sous le menton de la nymphe, l'obligea à relever la tête.

— Tu as été prudente, et en cela je te félicite. (Posant son regard sur les habits roulés en boule aux côtés de l'arc, il reprit) La rivière est-elle fraîche ? Ma dernière chasse m'a mise en sueur...

Zeus prit une voix plus langoureuse pour prononcer les derniers mots, tout en dénouant ses longs cheveux. Prenant une attitude lasse, le dieu continuait son effeuillage – et ce sous le regard de Callisto qu'il sentait brûlante de désir. L'aimait-elle tant donc cette déesse cruelle pour l'admirer ainsi ? L'avait-t-elle déjà aimé de près ? Zeus en riait en son cœur – voilà qui expliquait la farouche virginité d'Artémis. Effectivement si elle préfèrait les femmes...

— Madame, laissez-moi vous aider à vous rafraîchir.

La proposition cachait (et ce, fort mal) une invitation à quelque rapprochement physique. Zeus hocha la tête, laissant à Callisto le soin de rincer sa chevelure, le laver. Callisto y mit tant de zèle qu'elle se retrouva contre la déesse, sa poitrine plaquée contre celle de sa maîtresse. Le frottement des chairs, la chaleur des baisers de la nymphe (elle n'était point prude celle-ci !) finirent d'échauffer le dieu.

Nouant ses bras autour des hanches de la nymphe, Zeus la releva – l'eau ruisselait du corps de Callisto qui, gémissante, se frottait contre le dieu, implorant grâce. La bouche du dieu suivit le parcours de l'eau, arrachant des soupirs, recevant en récompenses morsures et coups de griffes. La nymphe câline se faisait chatte sauvage, tour à tour, implorant grâce, quémandant davantage, perdant la tête.

L'herbe contre son dos arracha un rire à Callisto tant cela chatouillait. Enivrée de désir, elle attendait la conclusion des ébats. Elle vint à elle sous une forme inattendue. Sentant un contact étrange – mais plaisant – Callisto ouvrit les yeux. En lieu et place de la belle Artémis se tenait Zeus qui la fixait d'un regard enflammé, ses puissantes mains pressant ses cuisses de vierge.

Callisto cria de peur – elle n'avait jamais voulu cela ! Mais un nouvel assaut de Zeus changea son cri de terreur en celui de plaisir. Incapable d'appeler au secours, la nymphe dut subir les désirs du dieu sans réussir à refouler les sons qui s'échappaient de sa gorge malgré elle. Ce n'est qu'en sentant une dernière caresse sur sa joue que la nymphe comprit que Zeus était partie. Sa main tâtonna à la recherche de son habit dont elle se couvrit la tête, honteuse.



Tags: !fic, *round 3, mythologie grecque
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 2 comments